Après 1918

Après 1918, malgré le profond rejet des armes chimiques, de nombreux cas d’utilisation sont encore observés:

  • 1920:
    en Russie, utilisation d’armes chimiques pendant la guerre civile.
  • 1925:
    pendant la guerre du Rif, utilisation d’ypérite.
  • 1935-36 :
    emploi massif d’ypérite contre les guerriers abyssins contribuant à l’écrasement de l’Ethiopie (seconde guerre italo-éthiopienne).
  • à partir de 1937 et jusqu’en 1941, le Japon, gros producteur d’ypérite et d’arsines dans l’île d’Okino-Shima, fait usage de toxiques contre la Chine, notamment lors de l’attaque d’Yichang.
  • Pendant la seconde guerre mondiale, les belligérants renoncent à l’utilisation d’armes chimiques. Il y a un respect mutuel entre chaque armée et aucun pays ne veut être montré du doigt pour avoir utilisé cette arme. Aussi, les armées étant suffisamment protégées contre ces armes, elles n’auraient eu aucun impact sur les soldats. En un certain sens on peut toutefois considérer l’utilisation de zyklon B par les Nazis pour l’extermination des Juifs peut être considéré comme un acte de guerre chimique.
  • Depuis la seconde guerre mondiale, les armes chimiques ont encore été utilisées de manière sporadique, notamment, dans un passé récent, par Saddam Hussein et son cousin « Ali le chimique » contre son propre peuple ou encore par Bachar el-Assad dans la guerre civile qui ensanglante la Syrie.

On est donc bien loin d’une disparition intégrale de ce fléau !